La petite outarde blessée

Lac St-Jean

Ce matin,

je prenais mon café après être sortie du bain,

les cheveux dégoulinants et je reçois un appel de mon paternel via son cellulaire. Rien de surprenant, il téléphone plusieurs quelques fois par jour, histoire de voir si nous avons qqchose de nouveaux dans nos vies…il est comme ça mon paternel, il est tel un papa-poule (coq?!?), bon, vous avez compris ce que je veux dire, hein…

Alors,

il voulait me dire que maman venait d’arriver de l’épicerie, et quand elle a voulu se stationner il y avait un outarde couchée sur l’asphalte, blessée… Il m’a dit qu’il avait téléphoné (surement ma mère!) au Refuge animal pour leur demander de venir la chercher. Tout d’abord j’ai été très fière de lui, car il me semble qu’il y a quelques années, il l’aurait peut-être achevé lui-même pour lui éviter de souffrir. Il a grandi sur une ferme mon paternel, et les fermiers, ils sont habitués comme ça…du moins il y a 60 ans c’était comme ça…

Tout d’abord,

j’ai dit que je n’irais pas voir l’outarde blessée…que ça me ferait trop de peine. Puis, vite, la rage curiosité a pris le dessus et j’y suis allée d’un pas décidé et les cheveux dégoulinants…oui j’avais sûrement l’air pathétique, mais qu’importe, un oiseau était blessé, mon envie de les sauver tous prenaient le dessus. Et puis je suis écoeurée d’entendre des maudits coups de feu chez-moi. J’habite en ville, merde! Les chasseurs ont l’interdiction de chasser à moins de 2km de la ville/village. J’ai des petits doutes là-dessus et personnellement je voterais pour minimum 5km, grrr…

C’était une petite outarde,

d’environ un an. Ma mère m’a interdit de l’approcher car elle pourrait m’attaquer, selon mon père, et même me mordre! J’ai 40 ans, merci pour le conseil de sécurité les oiseaux n’ont pas de dents. Au pire elle va me pincer. Je devrais survivre à cette attaque. Je lui ai versé de l’eau dans un couvercle de plat de yogourt. Elle a voulu boire, s’est redressée, et surprise d’avoir réussie, elle a commencé à marcher et a fait quelques mètres. Elle ne saignait pas. Une petite éraflure au cou seulement.

La camionette

du Refuge pour animaux est arrivée à ce moment. Je me méfiais de cet homme. Je souhaitais qu’il soit gentil. Ouf! Il l’était. Il l’a attrapé doucement avec ses mains gantées et l’a mise dans une cage. Elle s’est laissée faire. Je lui ai demandé ce qu’il en ferait. Il ne savait pas. Ça dépendrait de ce que dirais son patron. Il ne pouvait pas la garder longtemps. Au refuge, il n’y avait pas d’enclos pour garder les oiseaux. Si elle ne se remettait pas très rapidement, elle passerait à la chambre à gaz.

J’avais une boule dans la gorge.

Mes parents voulaient que j’entre chez-eux pour jaser un peu. J’en étais incapable. Je suis repartie à pied en laissant une larme couler.

Dans mon coeur,

je souhaitais avoir pu amener la petite outarde chez-moi, la soigner pour qu’ensuite elle puisse continuer sa migration avec ses semblables…

Josie

Publicités

10 réflexions sur “La petite outarde blessée

    • Malheureusement, je ne sais pas ce qu’il lui ait arrivée…mais comme elle avait recommencé à marcher, je me dit qu’elle s’est peut-être bien remise et a repris son envol. Je le souhaite…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s